• C’est quoi, l’orientation ?

    Vous avez décidé de découvrir les sports d’orientation.
    Il s’agit d’un vrai Sport  » Nature « , ouvert à TOUS, chacun choisissant son propre rythme : en marchant, en trottinant, « à fond la caisse ».

    Il s’agit toujours d’allier la réflexion à l’ effort physique.

    En règle générale les sports d’orientation se pratiquent en forêt.

    L’orientation se pratique à pied, bien sûr, mais également à vélo, en ski, à cheval ou, pour les moins valides, en chaise roulante.

    Orientez-vous de jour comme de nuit (avec une lampe frontale, tout de même).

    En règle générale, une course se pratique seul. Lorsqu’on décide de ne faire que marcher (pas courir), on peut prendre un parcours de « RandOrientation », non chronométré.

    Des relais existent ainsi que des raids (équipe de deux, sur un ou sur deux jours)

    Vous avez donc le choix !

    Un petit film vous en dira plus : Lien

    Au début, lorsqu’on découvre ce monde étrange et bizarre des ‘orienteurs’, on est surpris par ce sport assez réglementé et qui nécessite une certaine dose de connaissances techniques. Un ensemble de codes doit être assimilé si on souhaite « être dans le coup ».

    Imaginons votre première expérience :

    1°) En consultant le calendrier des différentes épreuves (sur le site ALTAÏR ou sur le site de la fédération « FRSO.BE ») vous saurez où vous rendre le dimanche suivant pour faire le grand saut dans l’inconnu (mais non, vous n’allez pas AUTOMATIQUEMENT vous perdre …)

    2°) Vous choisirez un parcours facile et court pour la première expérience. Pas la peine de « ramer » durant trois heures en prenant un parcours de 10 km sous le prétexte que les 20 km de Bruxelles ne sont pour vous qu’une formalité ! C’est tout différent, ici. Il s’agit de courir, certes, mais surtout de ne pas faire 10 fois le chemin avant de trouver un poste de contrôle.

    3°) Tiens, pendant que j’y pense, il vous faudra prévoir un équipement dans lequel vous vous sentirez à l’aise, adapté à votre rythme, excluant les souliers vernis. N’oubliez pas de vous protéger (crème solaire ou K-Way). Enfin, une boussole sera toujours indispensable. Une boutique de matériel est régulièrement à votre disposition sur les lieux de course.

    4°) Le lieu de rendez-vous qui figure au calendrier est fléché (en règle générale depuis un carrefour important, l’église du village ou une sortie d’autoroute). Les flèches sont de couleur rouge et blanches. Elles conduisent vers un secrétariat qui peut être une salle de fêtes ou une grande tente.

    5°) Pour faire une course, il vous faudra une plaquette « EMIT ». Cette plaquette, individuelle, peut être louée sur place ou achetée au sein du club. Elle est indispensable et est activée au départ, à chaque balise et à l’arrivée. Elle doit, de plus, être activée, après l’épreuve, au secrétariat afin d’enregistrer votre résultat et afin de vous communiquer vos temps de passages à chaque poste ainsi que votre temps total.

    6°) Pour l’épreuve, un prix d’inscription sera demandé. Il sera différent en fonction de votre âge (moins de 18 ans ou plus) et du fait que vous êtes affiliés ou non. En clair, cela va de 2,50 euros pour les jeunes affiliés à 6,00 euros pour les adultes non-affiliés.

    7°) Bon, on y va ? Une carte à l’échelle de 1 :10.000e ou 1 :15.000e, en règle générale. Un parcours déjà dessiné (ou qu’on vous aidera à redessiner vous-même), le chemin vers le départ bien indiqué sur la carte ou sur le terrain … et on est parti pour la grande aventure.

    8°) l’épreuve comme si vous y étiez :

    Je suis au départ et vais au poste n° 1 : même si vous êtes certain de la direction à prendre, pour cette première étape, vérifiez bien l’orientation de la carte, de préférence au moyen de votre nouvelle boussole toute propre.
    Imaginons ce que vous pouvez rencontrer en allant au premier poste de contrôle (première balise) :
    Le départ est identifié sur la carte par un triangle de couleur rouge. En réalité, il s’agit, dans mon exemple, du croisement de la route avec un chemin. L’objectif (poste n° 1) est un angle nord d’une limite de végétation (en fait un beau carré de sapins) Vous apercevez un ruisseau sur la droite du chemin, puis un petit parking. La route fait un coude vers la gauche. Tout cela, je le vois sur le terrain ainsi que sur la carte. Je quitte maintenant la route pour couper à travers tout, en ayant pris mon azimut avec ma boussole. A 200 mètres se trouve le bois de sapin. J’oriente ma carte et je vois le coin nord. Un piquet muni d’une balise rouge et blanche m’indique que j’ai trouvé la première balise ! Je vérifie que je suis bien au bon endroit : chaque balise porte un numéro : je sais que je dois trouver le poste n° 68 … si je trouve le n° 35 … c’est que je me suis trompé !
    A moi de découvrir les suivantes sans faire d’erreurs de cheminement. Je fais tout cela à mon aise, sans me presser, sans courir. La vitesse, cela viendra plus tard, si je le souhaite !
    Voilà, j’ai réussi à trouver toutes les balises, sans y avoir consacré la journée …
    Depuis la dernière balise, c’est nettement plus facile : le chemin est fléché jusqu’à l’arrivée. Pas trop de risque de faire fausse route, donc. Il me reste à marquer mon passage (avec ma plaquette « EMIT » à l’arrivée ainsi qu’au secrétariat).
    C’est promis, je reviens dimanche prochain !