• Lorsque vous prendrez le départ de votre prochaine course d’orientation, ayez une petite pensée pour les dirigeants de la fédération et du club organisateur qui déploient inlassablement leurs efforts pour expliquer aux propriétaires et aux autorités concernées en quoi consiste notre sport, la manière dont il se pratique et pour obtenir, parfois à l’issue de longues négociations, l’autorisation, cette indispensable clé d’accès à notre stade : la forêt.

    Une course d’orientation ne s’organise pas où on veut et quand on veut. La loi interdit en principe la circulation à l’intérieur du bois, en dehors des chemins et des sentiers. Des dérogations sont cependant possibles. La course d’orientation sous toutes ses formes exige toujours une autorisation préalable du propriétaire et, s’il s’agit d’une forêt appartenant à une région, à une province, à une commune ou à un établissement public, une autorisation de l’administration forestière.

    En Région wallonne, notre fédération (la FRSO) et la « Division de la Nature et des Forêts » (DNF) ont signé une convention il y a déjà vingt ans. Ce contrat nous range dans une catégorie particulière d’usagers de la forêt et nous donne certains droits. Mais il met aussi à notre charge de nombreuses obligations que nous devons toujours respecter : les autorisations doivent être obtenues avant de réaliser la carte; elles doivent préciser les périodes durant lesquelles des compétitions peuvent être organisées; chaque course doit ensuite faire l’objet d’une demande d’autorisation spécifique, au moins quatre mois avant la date prévue; etc.

    Hélas, notre bonne foi et notre prudence ne permettent pas toujours d’éviter certains malentendus, mais la FRSO fait le maximum pour que toutes les règles et toutes les mesures de précaution qui s’imposent à nous soient toujours respectées.

    Rappelons ici deux règles qui doivent absolument être suivies afin qu’une confiance patiemment gagnée après plusieurs années ne soit pas ruinée en quelques minutes …

    Pas de chiens en forêt

    Pour ne pas déranger la faune, la convention interdit aux participants de se faire accompagner en forêt par des chiens, même tenus en laisse.

    Cela va de soi pour les compétiteurs. Mais c’est aussi valable pour les « randorienteurs ». Merci aux responsables de chaque « randorientation » de veiller – avec tact mais fermeté – au respect de cette règle.

    Les chiens doivent rester en dehors de la forêt. Comme les organisateurs prévoient rarement un chenil d’accueil aux abords du parking, le plus simple est de laisser vos amis à quatre pattes chez vous.

    Pas de courses « pirates »

    La possession d’une carte de course d’orientation ne donne jamais un droit d’accès à la forêt pour la pratique de la course d’orientation en dehors de l’horaire prévu pour la compétition, même sous la forme d’un entraînement. La carte que vous avez conservée après votre course ne peut donc pas être reproduite et réutilisée. Vous ne recevez jamais une carte que pour une course ou une randorientation déterminée.

    L’utilisation d’une carte est toujours subordonnée à l’accord préalable du club concerné ou de la FRSO, du propriétaire et, le cas échéant, de l’administration forestière : les courses « pirates » sont donc totalement interdites.